"Le prisonnier" : Analyse de la série

"Le prisonnier" : Analyse de la série

Je me lance dans l'exercice de l'analyse et l'explication d'une oeuvre (en l'occurrence, la série tv "le prisonnier"). Il est donc recommandé de l'avoir vu afin d'éviter de se faire spoiler le contenu de la série.

"Le prisonnier" est une série anglaise que j'aime beaucoup. Cette série est souvent mal comprise et c'est probablement cette incompréhension qui me pousse à écrire ce petit post. L'envie de partager, avec vous, certains aspects de la série a également été décisif pour me décider à écrire.

Mais tout d'abord, un petit rappel concernant le synopsis.

Le prisonnier, qu'est-ce que c'est ?

Chaque épisode débute avec les éléments clés nous permettant de comprendre qui est le personnage principal ainsi que les fondations de l'histoire :

  • Le personnage principal est un homme dynamique, un agent secret.
  • Il démissionne brusquement de son poste auprès des services secrets.
  • Le personnage principal prépare sa valise incluant la photo d'une plage (sous-entendant qu'il part en vacance) laissant ses responsabilités d'espion derrière lui.
  • Des inconnus ont injectés un gaz soporifique dans sa maison afin de le kidnapper et l'emmenent dans un étrange lieu "le village".

L'acteur Patrick McGoohan a été célèbre pour incarner, pendant de nombreuses années, un agent secret dans la série "Destination Danger" (nommé "Danger Man" en VO). L'arrivée de cette série à donc été déstabilisante pour des téléspectateurs anglais.
Patrick McGoohan est également le scénariste, le producteur et le créateur de la série "Le prisonnier". La série comporta initialement xx épisodes. x épisodes furent ajoutés ensuite afin de répondre aux questions, entre autre à propos du village et du numéro 1.

Avant de continuer, il est important d'avoir vu la série ou du moins les trois premiers épisodes.

Le prisonnier

Introspection

L'intérêt de la série est d'être l'allégorie de notre personnalité et de mettre en avant certaines phases/conflits qui caractérisent notre existence. Afin de vous en convaincre, je vais décrypter la série.

Episode 1 : L'arrivée au village

Le générique / l'introduction est importante puisqu'elle permets de comprendre le contexte psychologique du personnage principal lors de son arrivée, au début du premier épisode. Il démissionne brusquement.
L'orage du générique renforce également l'aspect brutal de ce changement. Malgré sa loyauté envers les services secrets, un motif ou évènement a été suffisamment fort pour le pousser à démissioner.

Notre agent secret se réveille donc dans une chambre d'un cottage du "village". L'arrivée au village coincide donc avec une période troublé de sa vie.

Il tente donc de comprendre où il se trouve. Après avoir utilisé un taxi et avoir visité une boutique, il se rend compte que le village est isolée du reste du monde (propre monnaie, taxi utilisé uniquement pour des trajets locaux).

Cet étrange lieu est entouré de multiples barrières naturelles (montagnes et océan), renforçant l'isolation du village.

Le village

Comme je l'évoquais quand je parlais de l'épisode 1, le village est un lieu isolé. Cette isolation est une métaphore. Elle représente également les limites de notre esprit ou plutôt les limites que nous imposons.

Isolation

Ce lieu représente également, dans le contexte de sa démission, le conflit qui l'habite. Il est prisonnier de ce conflit entre son envie de rester agent secret et le refus de suivre un ordre (qui va à l'encontre de ce qu'il pense juste).

Le principal principal est réellement en vacance (probablement dans un de ces séjours à la manière du club Med) mais ses pensées sont perdues dans ce conflit qu'il l'habite.

Rencontre avec le "numéro 2".

Même si le personnage incarné par Patrick McGoohan n'en a pas conscience, la première rencontre entre lui et "Numéro 2" délivre une tonne d'information sur le village.

Numéro 2

Le numéro veut à la fois une réponse claire (au dilemme qu'il s'est imposé) et que l'esprit de l'agent secret retrouve son équilibre (d'où l'utilisation du terme "en formation")

We want information ! In...formation ! In formation !

Chaque numéro 2 semble représenter un aspect psychologique dominant du personnage principal à un instant T (qui tente donc de résoudre à sa façon ce conflit interne).

Who is number 1 ? You are, Number 6 !

Lorsque le numéro 2 répond à la question de numéro 6, il faut comprendre dans la réponse a un double sens :

  • Vous êtes le numéro six

  • C'est vous (qui êtes le numéro 1)

De l'ordre et du désordre

L'ordre de diffusion des épisodes ne correspond pas à l'ordre chronologique apparent, ce sera donc un élément à prendre en compte lorsque l'on regarde la série.

Ce désordre permet de ne pas rendre la vérité du village évidente et de mettre en avant notre combat perpétuel / le fait que notre personnalité n'est pas figée puisqu'elle évolue.

Ce désordre dans les épisodes semble être également un pied de nez à la tentative de contrôle des "dirigeants" du village.

Ces épisodes qui dévoilent "explicitement" la véritable nature du Village

Le cinquième épisode se nomme "Schizoid man".

"Schizoïde" désigne une personnalité qui a une tendance naturelle à s’attacher à la vie intérieure en dehors du monde extérieur. On peut associer cela à de l'introspection. Le village, comme je l'évoquais précédemment, n'est donc pas un lieu réel. Il s'agit d'une allégorie où "le prisonnier" effectue sa propre introspection. Cet épisode est également l'opportunité de montrer, dans cette bataille des idées, que l'on est également son propre ennemi.

Un autre épisode insiste également énormement sur l'aspect "immatériel" du village : "Dance of the dead".

Cet épisode (le huitième) mets un scène un excellent "Numéro 2" joué par l'actrice Mary Morris.

Elle invite le "Numéro 6" à une fête dans le cadre de son arrivée au Village. Il est déclaré, sur la place du village, que les habitants (par décrêt) avaient l'obligation de s'amuser.

On peut, dans le cadre des vacances de notre espion, imaginer qu'il tente d'occuper son esprit avec une soirée dans le club de vacances. Cependant, malgré l'apparence festivité, il est toujours rongé par son conflit interne.

Une scène (sur la plage) est probablement la plus importante de l'épisode. Le numéro 2 est déguisé en "Peter Pan" (connu pour être le roi du royaume imaginaire).

Si on connait la nature du village, leur dialogue sur la plage devient soudainement limpide. Le numéro 2 a la tête sur les épaules et a laissé tomber ses rêves, ses projets pour ses activités actuelles (ne laissant plus place à d'autres perspectives).

Elle déclare plus tard, pendant le bal, au numéro 6 qu'il n'existe pas. Ce bal renforce cette impression d'avoir traversé le mirroir, d'avoir suivi le lapin "d'Alice aux Pays des Merveilles".

Evidemment, les deux derniers épisodes sont ceux qui dévoilent le plus d'informations et ne laissent pas de doute sur la nature du "Village".

L'avant dernier épisode est la résolution du conflit.

Dans le dernier épisode, le numéro 6 se voit remettre son passeport, son portefeuille, etc ... La maison "équipée de barreaux" représente probablement les bagages qu'il a emporté. Il quitte son lieu de vacance.

Gardiens et prisonniers

Selon "numéro 6", le village est composé de deux types d'habitants : les prisonniers et leurs gardiens.

Les gardiens collaborent avec la direction du village et suivent les directives de "numéro 2".

Une phrase (affichée dans un centre communautaire du village et répété par certains habitants) représente parfaitement ces habitants :

Questions are a burden to others, answers a prison for oneself.

Cette phrase a été reprise dans une chanson dù groupe Iron Maiden don't l'album associé fait de multiples références à la série.

Les gardiens sont des idées qui vont dans le même sens que le numéro 2.

La raison qui l'a poussé à démissioner

Il faut, tout d'abord, soulever un point important; le numéro 6 n'utilise jamais d'armes à feu (même quand il en a la possibilité).

La réponse se trouve dans les derniers épisodes :
"Living in Harmony" où la mise en scène met en avant clairement le fait qu'il n'utilise pas d'armes mais une nécessite l'y oblige. Il faut donc en déduire que (en tant qu'agent secret) il a été obligé de tuer malgré ses opinions personnelles.

La première scène de la série prend donc sens : Il a exprimé son désaccord d'avoir été obligé (par un ordre) de tuer. Cela l'a obligé, afin de regagner sa sérénité, de prendre des vacances.

La série représente donc ses vacances et ce conflit qu'il l'a bousculé pendant ce séjour et dont ... il était prisonnier !

Logo Le prisonnier

Dom